Printemps : le menu détox

Voici le printemps. Vous vous réveillez à peine, encore engourdis  par un hiver qui fut doux mais gris………. Alors pour  retrouver un peu d’énergie, rien de mieux qu’une promenade en forêt !

???????????????????????????????Au printemps la nature s’éveille  et redémarre un nouveau cycle de vie en se regénérant. Vous aussi. Quelques aliments peuvent vous aider à vous nettoyer  en allégeant l’organisme des nourritures roboratives qui vous ont permis de passer les frimas.

Evidemment, pilules et potions sont là pour vous accompagner. Mais pourquoi ne pas essayer naturellement d’équilibrer votre organisme par un mode de vie et une nourriture en accord avec les saisons et avec vos besoins… naturels, qui, justement……suivent le cours desdites saisons ! Car chaque saison apporte des plantes adaptées aux besoins spécifiques de notre organisme à ce moment là.

Car détoxifier c’est bien, mais détoxifier quoi ? chaque plante, chaque association de plantes a un effet spécifique sur un organe ou un groupe d’organes.  Faire une cure ponctuelle,  si elle est mal gérée ou trop drastique, peut épuiser votre organisme, encrasser un organe (détoxifier c’est bien, mais il faut ensuite éliminer !  ), ou générer des carences en minéraux ou en vitamines. Il est donc préférable de ne pas se lancer à l’aveuglette et, tout au long de l’année de veiller à s’alimenter correctement car entrer en cure pour un mois et faire des excès le reste de l’année, ca ne marche pas !

Comment ?

En favorisant une alimentation en fruits et légumes de saison et plutôt bio, crus ou cuits plutôt à la vapeur et en limitant les protéines animales (viande, poisson, fromage)

En buvant, eau, tisanes,, des jus de fruits et de légumes crus  pressés à la maison

En complétant en marchant, en respirant, en forêt ou, si vous n’avez pas le choix, dans les jardins publics

En  allant de temps en temps  au hammam ou au sauna pour éliminer les toxines

verres

Alors pour le coup de fouet des mois de Mars/Avril, on peut aider son corps, sans attendre de miracle, et c’est déja beaucoup, ca tombe bien, au printemps la nature nous fournit ce qu’il faut, à porté de main.

Vous pouvez faire une cure de sève de bouleau, tradition ancestrale qui revient à la mode. On peut acheter ses bouteilles sur le net mais on peut aussi apprendre à faire sa récolte soi même.

Lors des sorties champêtres, on traquera le pissenlit, puissant diurétique, qui faisaient traditionnellement partie des salades aux lardons et croutons aillés de nos grands-mère. L’ail, justement, est un fabuleux  antiseptique mais aussi un dépolluant (métaux lourds, tabac..). Evitez de récolter le pissenlit le long des routes (ils seront gazés aux particules fines de vos pots d’échappement) et sur les bordures de chemin, plus exposés aux déjections d’animaux come le renard pouvant véhiculer des maladies parasitaires gravissimes.

On cueillera l’ortie dans son jardin, plante détox mais aussi plante tonifiante, puissante alliée pour contrer les coups de fatigues. Pour un menu riche en fer, calcium, magnésium, silice, phospore, magnésium, vitamines, A,B,C et en protéines, rien de mieux qu’une bonne tarte aux orties, cuisinée comme des épinards. Ca pique ? Choississez la grande ortie sauvage des sous bois, moins urticante que la petite et cueillez les feuilles tendres de la sommité de la plante.

ortiepissenlit

D’autres plantes sauvages sont également de puissant détoxifiants mais, plus difficiles à repérer, nous éviterons de les  décrire ici afin qu’il n’y ai pas d’erreurs à la cueillette, beaucoup de plantes ayant un presque jumeau toxique.

 

 

Et pour ceux qui voudront s’essayer à la salade détox de printemps, nous leur recommandons, d’allier germes de soja, betteraves crues, avocat, feuilles tendres d’ortie, pourquoi pas un peu de choux ou de chou fleur cru, avec un assaisonnement au citron, le tout accompagné par une crêpe à la farine de pois chiche au curcuma. Vous pouvez commencer par des tranches de radis noir au sel ou par de petits radis de saison, et vous pouvez servir un artichaut mi cuit. En dessert, pomme, kiwi.

cuisine bioEt n’oubliez pas que pour se sentir bien, il faut se faire plaisir. Alors, un petit gâteau sans gluten et sans sucre mais à la betterave (tres sucrante), une tarte à la carotte et au cumin, une bonne tranche de pain  bio avec une tartinade de terrine végétale aux carottes, noisettes et amandes, ne sont pas a proscrire !!!!!

 

Quelques recettes :

Taboulé de chou cru : à préparer la veille

1 chou blanc, 50g d’amandes, 100g de raisins secs, Herbes : menthe fraîche ciselée ou séchée, Huile d’olive et citron, 1 càc légèrement bombée de gingembre en poudre

Faire un bon moment à l’avance pour imprégnation du chou

Gâteau chocolat, betterave et épices: (12 parts dans un moule à gâteau roulé)

110g d’huile d’olive, 200g de farine T80 ou de farine de petit épautre (sans gluten), 3 œufs, 230 g de chocolat à cuire, 1 sachet de levure chimique, 130g de miel
1 c. à café de vanille en poudre, 2 c à café de badiane en poudre, 2 c à café de cannelle en poudre, 1 c à café de noix de muscade en poudre, 350 g de betteraves râpées, 160 g de pépites de chocolat noir (ou de chocolat noir grossièrement haché)

Vous préchauffez le four à 180° et huilez un moule à manquer.
Dans un saladier, vous battez les œufs avec le miel. Puis vous ajoutez la farine et la levure, puis l’huile.
Vous ajoutez le chocolat fondu. Vous ajoutez les épices.
Vous incorporez les betteraves et remuez pour bien les enrober.
Vous versez cet appareil dans le moule et lissez la surface à la spatule. Vous recouvrez avec les pépites.
Vous enfournez 30 mn. La pointe d’un couteau planté au centre doit ressortir sèche ou encore humide mais sans matière.

Tarte aux orties

Pour la pâte brisée : 250 g de farine, 100 g de beurre, 1/2 c. à café de sel, 1 verre d’eau

Pour la garniture : feuilles d’orties , environ un gros sac, 8 gousses d’ail, 1/4 l de lait de riz, 1 œuf, un peu de chèvre frais, huile d’olive, 1/2 c. à café de sel, poivre

Préparez la pâte brisée : mélangez la farine, le beurre et le sel jusqu’à l’obtention d’un résultat granuleux. Puis versez l’eau jusqu’à l’obtention d’une pâte souple et non collante.  Lavez les orties et égouttez-les. Puis faites-les réduire 5 min. Mélangez avec  le lait, l’oeuf, le sel et le poivre. Ajouter le chèvre frais puis l’ail écrasé au presse ail. Versez le tout sur votre pâte brisée et enfournez au four pendant 25 à 30 min suivant votre four.

Compote pomme – betterave – cannelle

1kg de pommes (différentes variétés pour obtenir un meilleur goût), 2 càs de betterave crue râpée, 2 c à c de cannelle en poudre

Vous brossez la betterave et vous l’épluchez. Vous la râpez afin qu’elle cuise à la même vitesse que les pommes. Vous épluchez et coupez les pommes en gros morceaux. Vous faîtes cuire tout doucement avec la cannelle dans un faitout à fond épais pendant une vingtaine de minutes. Vous vérifiez la cuisson de la betterave et vous mixez. Vous laissez refroidir avant de servir.

Publicités

Réduire ses emballages : les gestes simples

La moitié des emballages jetés par an en France sont des plastiques !

Pour réduire votre quantité de déchets, utilisez des contenants non jetables, en verre, en carton, en papier, en tissus, car ce qui est dangereux, c’est l’accumulation de tout ces produits polluants chez soi, qui se re-transforment ensuite en déchets allant polluer l’environnement.

On les retrouve ensuite dans la chaîne alimentaire.

C’est un cercle sans fin. Pour  en sortir, une seule solution : Réduire sa quantité de déchets en changeant ses habitudes !

On peut commencer à changer ses habitudes avec des gestes simples, dans la cuisine par exemple. Il ne s’agit pas de tout réformer.

1. Préférer les bocaux ou les pots en verre pour conditionner les produits secs, les olives, le fromage. Pour conserver les plats que vous avez cuisinés, prendre des ramequins en verre, et si on ne veux pas les fermer avec des couvercles plastique,  on les recouvre  de papier ou de tissus avec un élastique.

???????????????????????????????    ???????????????????????????????

C’est une habitude à prendre

2. Préférer les sacs en papiers pour conserver le pain, la farine, certains féculents et les mettre les dans un endroit fermé, il se conserveront mieux ! Le vrac peut aussi être conservé dans des boites.

???????????????????????????????   ???????????????????????????????

Ce n’est pas compliqué

3. Préférer les produits frais ou à la coupe, éviter de les sur emballer dans du plastique  et chez vous, faire la répartition entre le frigidaire et les saladiers. On peut aussi garder certains légumes dans des cagettes à l’abri de la lumière.

legumes

4. Il n’y a plus beaucoup de consigne, mais on peut  garder les bouteilles en verre  pour  les liquides comme les restes de soupe, par exemple.

5. Quand on va faire les courses, ne pas emballer les légumes, les faire peser directement sur la balance à la caisse, ou  les peser vous même et apporter le ticket à la caisse. Vous verrez ça marche et ça interpelle, vous ferez des émules. Refusez toujours le suremballage : a-ton besoin d’accepter le sac plastique dans laquelle on met vos fromages déjà emballés pesés, vos poissons ou votre viande déjà emballés pesés, aux différent étalages? puis ensuite réemballer cela dans d’autres sacs plastiques ? C’est pratique me direz vous. Je ne vois pas ce que cela à de plus pratique que l’emballage raisonné, à la maison il faut tout redéballer ! C’est hygiénique ! A force d’hygiène, nous avons flingué nos défenses humanitaires, euh, pardon, immunitaires……

oui non

RECUP CUISINE : + SAIN et – CHER

Un post cuisine zéro déchets de Nathalie :

manger sain

Plus de 41 200 kilos de nourriture sont jetés chaque seconde dans le monde. Cela représente un gaspillage alimentaire de 1,3 milliard de tonnes d’aliments par an, soit 1/3 de la production globale de denrées alimentaires dédiée à la consommation. Le gaspillage alimentaire concerne les pays riches comme pauvres. Au niveau mondial, 1/4 de la nourriture produite est jetée sans avoir été consommée. Une autre étude (Smil, 2010) indique que 43% seulement des produits cultivés mondialement dans un but alimentaire sont directement consommés par les humains. Par exemple, les légumes et fruits trop gros, trop petits, tordus, difformes, ….. finissent à la benne parce que les grandes surfaces et donc les consommateurs réclament des produits « beaux » et calibrés. N’est-ce pas choquant? L’alternative, c’est d’éviter les produits industriels, les supermarchés et d’acheter directement auprès des producteurs. Tout le monde est alors gagnant et surtout la nature !

Quand j’ai cuisiné hier des courgettes et des tomates farcies, soucieuse de ne rien jeter, j’ai utilisé le centre des courgettes et des tomates pour réaliser une délicieuse soupe froide. D’habitude, j’utilise ces morceaux que je recoupe en petits dés et que je passe à la poêle avec des oignons pour agrémenter la farce de mes courgettes et tomates. J’ai voulu changer et ce fût très réussi!

Ce qu’il vous faut pour 6 personnes:
ce que vous avez retiré du centre de 3 courgettes
ce que vous avez retiré du centre de 6 tomates
2 cuillères à soupe de purée de noix de cajou
1 gousse d’ail
sel et poivre

Dans le bol du mixeur à lame, vous versez tous les ingrédients. Vous mixez jusqu’à obtenir un mélange onctueux et homogène. Vous servez!

Venez le 28 septembre 2014 au Rû Chailly à Fossoy: j’y animerai trois ateliers de cuisine zéro déchets!

Les Jardins de Priape cuisinent